Le béton c’est quoi?

Le béton est un produit artificiel composé de granulats (gravillons et sable), de ciment, et d’eau, c’est tout (et parfois quelques adjuvants en fonction de la dureté qu’on souhaite obtenir).

Sa composition peut varier en fonction du but final de la réalisation et de la région où on le prépare. Dans certaines régions, comme dans le Limousin, on utilise le gneiss comme gravillon, alors que dans d’autres régions comme en Gironde, on préférera les gravillons de calcaire, ce pour une simple question de production locale.

On utilise le béton dans de nombreuses situations allant du simple lest de parasol à la construction de ponts et d’immeubles, en passant par la décoration aussi bien murale que des sols.

La richesse du coté décoratif du béton tient dans l’extraordinaire variété des éléments que l’on peut utiliser pour modifier son état apparent: la forme des granulats (ronds ou concassés), leur couleur, la teinte du ciment (de nombreuses possibilités), l’inclusion dans le béton de différents éléments (pièces en laiton, verre, tous éléments faisant bon ménage avec le ciment) jusqu’à la réalisation d’impressions avec des encres.

Là dessus on ajoute encore une possibilité de multiplier le potentiel décoratif en modifiant l’état de surface du béton par ponçage/polissage , bouchardage , squamage et sablage .

Pour les préparation de surfaces dans le but de poser sur le béton une résine ou un autre produit du genre, on procède à un grenaillage , procédé de décapage qui peut être aussi utilisé sur de l’asphalte.

Pour la petite histoire, on connaît le béton depuis l’antiquité, on en a trouvé dans les temples Egyptiens et dans les grande pyramides. S’il ne s’agit pas exactement du même mélange que celui utilisé actuellement, c’était néanmoins un mélange de différents produits naturels qui réagissaient entre eux pour se solidifier, on l’appelle du béton géopolymère.

C’est un matériaux qui a été oublié pendant longtemps avant que Monsieur Louis Vicat ne découvre les principes de fabrication du ciment en 1817 et permette ainsi la construction d’ouvrages qui n’auraient pas pu voir le jour sans ceci.

Le fait est que 200 ans plus tard, les adjuvants et les mélanges de ciment / granulats continuent à évoluer, mais le ciment, lui, reste le même…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« On peut apprendre beaucoup quand on ose aller plus loin. »